WAE-ENERGY

mercredi
22 novembre 2017 14:35:42
Taille police
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size


Les OGM : présentation, les enjeux

E-Mail Imprimer PDF
Sample image

Un Organisme Génétiquement Modifié (OGM) est un organisme vivant, végétal ou animal qui a subi une modification non naturelle de ses caractéristiques génétiques initiales. Cette modification peut intervenir sous trois formes : ajout, suppression ou remplacement d'au moins un gène. L'objectif est de transférer dans une cellule de l'organisme receveur, un ou plusieurs gènes prélevées dans un autre organisme vivant, y compris si celui-ci n'est pas de la même espèce de l'hôte. Cette opération est appelée transgénèse. On parle de transgénèse pour l'ensemble des techniques visant à introduire de façon stable un gène étranger (transgène) dans le génome (ensemble du patrimoine génétique d'un individu) d'un organisme hôte.

Quels objectifs aux OGM ?

Il s'agit de modifier certains caractères, plus précisément de transférer dans une cellule de l'organisme receveur, un ou plusieurs gènes prélevées dans un autre organisme vivant, y compris si celui-ci n'est pas de la même espèce de l'hôte. Cette opération est appelée transgénèse.
Les techniques de transgénèse sont essentielles pour développer des connaissances en matière de génétique physiologique et biologique. Cependant, elles souffrent d'un manque de contrôle sur les conséquences qui en découlent pour l'hôte (Christian Vélot, L'Ecologiste n°18, 03/2006).

Les domaines d'application

Magdelaine / notre-planete.info

Ces techniques donnent lieu à différentes applications :

Thérapeutique : depuis le début des années 80, création de vaccins, lutte contre le cancer, reconstruction du système immunitaire, production de médicaments (d'ores et déjà l'hormone de croissance et l'insuline sont produites par des bactéries génétiquement modifiées et commercialisées)...

Agronomique : immunité de l'organisme végétal (transférer aux plantes de nouveaux éléments de matériel génétique), amélioration des qualités nutritionnelles, des performances de production ou bien d'un caractère spécifique de résistance aux pathologies.
On parle alors de plantes agricoles génétiquement modifiées (PGM).

Exemples d'application dans le monde agricole

Des recherches sont actuellement en cours afin de rendre le maïs plus résistant à la Pyrale (espèce de papillon ravageur), ainsi l'introduction du gène Bacillus thuringiensis (Bt) permettra au maïs de fabriquer par lui-même la toxine insecticide, à laquelle seuls les papillons seraient sensibles.

D'autres expérimentations ont aussi eu lieu sur la pomme de terre, le coton, le riz et le tabac.
Sur le riz par exemple, il a été obtenu une variété provoquant moins d'allergies.

Actuellement, 99% des PGM cultivés sont des plantes qui contiennent ou peuvent accumuler des pesticides dans leurs tissus, soit parce qu'elles produisent elles-mêmes le pesticide (cas du maïs Bt) ou peuvent l'absorber sans mourir (cas du soja au Roudup) (Christian Vélot, L'Ecologiste n°18, 03/2006).

Notons que l'amélioration des animaux d'élevage est une application qui reste encore à ce jour au stade expérimental.

Enjeux socio-économiques

Les avantages économiques sont nombreux mais comme les plantes transgèniques ne sont cultivées que depuis 1995 dans un nombre limité de pays, les données restent encore insuffisantes pour confirmer ou infirmer les bénéfices éventuels.
Ces techniques conduiraient à une meilleure efficacité de la production agricole ainsi qu'à l'amélioration des capacités de production en milieu difficile (zones désertiques notamment).
Elles pourraient également favoriser l'industrie de la pâte à papier par l'élimination d'une partie de le lignine présent dans le bois.
Enfin, on pourrait envisager une plus grande conservation des fruits et légumes et un aspect plus attrayant pour le consommateur, bien que ce soit déjà largement le cas, souvent au détriment du goût.

Enjeux écologiques

Le développement de ce type de plantes permettrait de diminuer les traitements chimiques (herbicide, pesticide). Traitements dont l'intensification fût telle qu'ils sont à l'origine de graves pollutions actuellement. Cependant, la réalité est toute autre : les OGM et les pesticides proviennent bien souvent des mêmes industries qui sont alors doublement gagnantes. En effet, les plantes transgéniques brevetées sont volontairement résistantes aux herbicides qui voient donc leurs ventes exploser.
Les OGM pourraient encore contribuer à la régénération des terres endommagées, au développement des biocarburants, dont on mesure maintenant les ravages économiques, écologiques et sociaux.

Enjeux géopolitiques

Avec plus de 6,5 milliards d'habitants sur Terre, certains observateurs qui s'inquiètent des capacités de production alimentaire et des techniques actuelles souhaitent s'appuyer sur ces nouvelles technologies pour y faire face.
Notons qu'il reste encore difficile d'estimer la portée de cette éventuelle solution.

Les risques sur la santé

Des impacts sur la santé sont liés à l'ingestion de produits contenant des OGM, comme par exemple la possible apparition dans l'organisme humain de bactéries devenues résistantes aux antibiotiques.

Des études et un suivi sur la santé de l'animal et du consommateur sont menées afin de créer et de perfectionner des outils d'analyse précis et fiables dans le but d'améliorer la traçabilité des produits.

Les insecticides secrétés par les cultures transgéniques représentent un danger pour la santé. Par exemple, l'insecticide produit par le maïs Bt est capable in vitro de détériorer les globules rouges humains (Pour la Science, 2000).
Sur ce point, les tests sur la toxicité éventuelle des PGM restent largement contrôlés par les firmes productrices de PGM. Et les résultats, difficiles à obtenir, montrent des "effets cliniques et biochimiques chez les animaux nourris avec les PGM par rapport aux animaux nourris avec les plantes conventionnelles correspondantes" (Christian Vélot, L'Ecologiste n°18, 03/2006). Nul doute que si les animaux sont affectés par cette alimentation, l'Homme le sera également.

Les risques sur l'environnement

"Nous vivons une période de folie du progrès incontrôlé, dans laquelle se développe une série d'outils pour lesquels on ne se donne pas les moyens d'évaluer leurs conséquences environnementales" (Pierre-Henri Gouyon, membre du conseil scientifique du CRII-GEN, directeur de laboratoire CNRS, professeur à l'Agro et à l'Ecole polytechnique).
Le problème majeur est la transmission du transgène à des plantations voisines cultivées ou sauvages. Ce problème se pose également chez les animaux et notamment les poissons d'élevage qui pourraient contaminer des populations extérieures.
On recense donc les risques potentiels parmi lesquels une diminution de la biodiversité avec la disparition d'un certain nombre d'espèces en contact avec les pesticides et qui ne sont pourtant pas visées.

De plus, la mise au point d'OGM résistants, comme en témoigne l'insertion du gène de la bactérie Bacillus thuringiensis (Bt) pour contrer les chenilles qui ravagent les récoltes de riz, pourrait se répandre à d'autres espèces végétales.

Il est également avancé que les OGM devraient limiter l'usage des pesticides. "Notons tout d'abord que les plus grosses compagnies vendeuses de pesticides sont également très souvent celles qui produisent des semences transgéniques ou non : Syngenta, Monsanto, Aventis, Du Pont de Nemours, Agrevo..." (F. VEILLERETTE, 2003). En effet, elles vendent des semences transgéniques capables de résister aux herbicides qu'elles commercialisent. Les deux produits complémentaires assurent à l'agriculteur des cultures transgéniques qui ne souffriront d'aucune autre plante concurrente : un package qui contraint l'agriculteur à dépendre entièrement d'une société.
Cette astuce commerciale assure un double profit à ces industries agro-alimentaires et a même permis une augmentation des ventes de 72% du Roundup (herbicide) aux Etats-Unis depuis 1997.
Ainsi, en 2003, plus de 71% des OGM cultivés ont été conçus pour résister à un herbicide et 28% pour produire leur propre insecticide. L'argument environnemental "OGM contre pesticides" ressemble donc à une véritable fumisterie.

Les risques socio-économiques

La généralisation de cultures intensives basées sur les OGM risque d'accroître la suprématie d'importants groupes multinationaux au détriment de la spécificité des cultures locales et régionales, mais également de l'agriculture biologique.
En effet, les plantes transgéniques sont brevetées et ne doivent pas être ressemées d'une culture à l'autre sous peine de forte amende.

L'aide alimentaire américaine en est un exemple : en noyant d'OGM les pays d'Afrique australe soit disant en difficultés, elle crée le terreau d'un marché considérable et trouve le moyen d'écouler ses surplus.
De surcroît, actuellement peu de petits exploitants tirent parti des prétendus avantages des OGM.

L'exemple de l'Inde est particulièrement frappant : en 10 ans, plus de 150 000 paysans se sont suicidés parce qu'ils ne pouvaient plus financer l'achat de semences transgéniques et de pesticides. Par ailleurs, ces semences n'ont pas donné les résultats escomptés : certains ravageurs sont toujours présents mais le paysan est endetté, préférant se donner la mort que d'accepter l'infamie.

La législation française

Juridiquement, la réglementation concernant les expérimentations sur les OGM est régie par le loi cadre du 13 juillet 1992. En outre, il existe en amont et en aval :

  • la Commission de Génie Génétique qui examine obligatoirement les dossiers et donne son avis sur l'agrément donné aux laboratoires
  • la Commission du Génie Biomoléculaire, créée en 1986, définit et contrôle les conditions de dissémination d'OGM en extérieur et évalue celles de mise sur le marché. Chargée de rendre compte des impacts sur l'environnement, elle ne comprend pour autant aucun spécialiste en environnement...
  • l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) qui contrôle la sécurité des aliments issus de plantes transgéniques
  • le Comité de Biovigilance qui contrôle et évalue les risques environnementaux induits par les OGM autorisés.
  • enfin depuis fin 2002, en Europe, tous les produits destinés à l'alimentation humaine ou animale et contenant des OGM ou dérivés d'OGM devront obligatoirement être étiquetés à partir d'un seuil de présence de ces derniers de 0,9%.
Dans la pratique, les OGM sont ordonnés en classes de danger selon trois paramètres :
  • origine et nature de l'OGM cloné,
  • le vecteur (élément porteur d'une séquence d'ADN qui dirige la synthèse d'une protéine cible),
  • l'organisme récepteur.
A chacune des quatre classes de danger ainsi créées correspond un niveau de confinement : de la blouse de travail, au sas de décontamination systématique.

Pour le consommateur européen

Depuis début 2004, l'Union européenne impose que tous les produits alimentaires préemballés (additifs et arômes compris) contenant plus de 0,9% d'OGM soient étiquetés. Ainsi, tout produit issu de récoltes transgéniques devra porter la mention "ce produit est fabriqué à partir d'OGM" ou "ce produit contient des ingrédients produits à partir d'OGM" ou encore "issu d'OGM", qu'il soit inscrit au menu d'un restaurant, ou très transformé, comme l'huile, le sucre ou l'amidon. Sont exemptés, la viande, le lait et les oeufs d'animaux nourris avec des éléments transgéniques. Les mentions "sans OGM" et "sans utilisation d'OGM" ne sont acceptées qu'en l'absence démontrée d'OGM, ceci à tous les stades de l'élaboration du produit.

Cependant, selon Greenpeace, "plus de 80 % des OGM sont destinés à l'alimentation des animaux d'élevage. On nourrit avec du maïs et du soja transgéniques les vaches, les porcs ou les volailles à partir desquels on prépare des aliments (laitages, charcuterie, plats cuisinés, etc.). Or la loi n'impose pas d'étiqueter ces produits. Cette lacune de la réglementation a des conséquences très graves. Elle permet aux OGM de s'introduire dans nos assiettes à notre insu, et donc de s'imposer dans l'alimentation en dépit de l'opposition massive des consommateurs !".
par exemple, l'agriculture française doit importer 4,7 millions de tonnes par an de tourteaux de soja : c'est la principale cause d'importation d'OGM en France

A ce titre, l'organisation écologique propose un un guide sur les aliments ayant élaborés à partir d'animaux nourris avec des OGM (format PDF).

En France, il n'existe aucune culture commerciale d'OGM. Par contre, les essais restent autorisés, même si ils font l'objet d'attaques illégales.

OGM et société

Grâce notamment aux progrès de la science, la santé et la sécurité alimentaire se sont régulièrement améliorées dans notre société. Néanmoins, force est de constater qu'il existe une appréhension voire un rejet complet d'une partie de la population vis à vis des OGM à cause des risques et des dangers liés aux OGM. En effet, selon une étude commandée par la Commission européenne, 71 % des Européens refusent les OGM. Cependant, il semble que ce sentiment soit moins lié aux données scientifiques qu'à une vision de la nature et de la société.
Ainsi, pour la plupart des chercheurs, la peur des OGM est scientifiquement quasi infondée compte tenu de la réglementation et des précautions mises en œuvre.
A leurs yeux, il apparaît donc nécessaire de multiplier les expertises, l'information et la communication sur ce sujet.

Notons également que cette inquiétude est liée au fait que les OGM représentent le symbole de la « main mise » des grandes sociétés internationales sur l'alimentation et l'économie, privant les agriculteurs de leur autonomie.

Conclusion : une peur fondée ?

Notons que le transfert des gènes entre bactéries par exemple existe depuis plus d'un milliard d'années et qu'il existe des gènes "sauteurs" qui apportent sans intervention humaine de nouvelles propriétés aux végétaux. Pour autant, ces transferts naturels se sont produits sur des échelles de temps radicalement différentes et de façon aléatoire. Ainsi, les écosystèmes ont pu évoluer en prenant en compte ces modifications. Or, les PGM ne se cultivent que dans un écosystème artificiel avec les intrants nécessaires à leurs développements. Une aberration à un moment où la biodiversité est largement en crise...

Hormis la recherche médicale ou l'OGM est un outil qui produit des protéines appréciables, dans l'agroalimentaire, l'OGM est un organisme que nous consommons sans assurance d'innocuité et en complète contradiction avec les problématiques environnementales actuelles.

Cette manipulation folle des briques du monde vivant génère inévitablement une forte inquiétude. Et l'on comprend aisèment les doutes et les peurs de la population (qui devrait être davantage impliquée dans ces réflexions) tant la recherche de profit supplante facilement le principe de précaution et la raison.

Mis à jour ( Lundi, 23 Mai 2011 09:15 )  

Sauvons la biodiversité

Sample image

La diversité c'est une richesse pas une fatalité, laissons-nos faire la nature et arrêtons-nous de nous prendre par des dieux. exemple de lien

w-12.png
Ce module permet de créer vos propres modules HTML persImage fleure rougepersonnalisés, selon vos besoins en s'adaptant aux différents situations qui puissent retrouver n'importe quel développeur pendant toute sa carrière professionnelle , pour cella il suffit juste d'un éditeur WYSIWYG et beaucoup d'imagination.

Mes vidéos

Planète en danger

 

La couche d'ozone

Eget hendrerit vel Integer dictum sapien Nunc congue tempor Sed lacinia. Ut pellentesque v...

 

La pacha mama

Suspendisse ante porttitor dolor dapibus et ante justo nec tempus Vestibulum. Quisque elit...

 

La fonte des glaciers

Eget hendrerit vel Integer dictum sapien Nunc congue tempor Sed lacinia. Ut pellentesque v...

 

La fonte de la banquise

In Sed cursus orci urna lacinia malesuada Duis wisi et cursus. Et pede nec ut sem vel et M...

 

Sauvons les fôrets

Pellentesque congue condimentum nec vitae id leo dolor Phasellus leo urna.

Mes sites préférés

www.joomlart.com
Joomla Templates Club - Professional - High quality Joomla template
www.joomlancers.com
Joomla Freelance Jobs and Projects - JoomLancers Marketplace
www.joomla.org
Joomla! CMS - OpenSource Matters

Qui est en ligne

Nous avons 62 invités en ligne